Et tu danses avec lui instrumental - legitim-norma.ru

Page introuvable - Orange

Au final, encore un chef d'oeuvre, même s'il faut plusieurs écoutes pour l'apprécier pleinement. Johnny Hallyday : Rivière. Ouvre Ton Lit (1969) : Un disque intense et furieux, enregistré avec des pointures (Jimmy Page, Steve Marriott, Ronnie Lane, Mick Jones - pas celui des Clash et ultra conseillé, y compris (surtout, en fait) aux anti-Johnny. En collaboration avec la Commune de Colfontaine 3 me dition du Sabbat des Sorci res, vu le succ s rencontr les ann es pr c dentes. Serge Gainsbourg : Initials B.B. (1968) : Si la voix féminine sur Ford Mustang et Bloody Jack me saoûle désormais complétement, l'album est, du long de ses courtes 31 (ou 32?) minutes, agrémentées de 15 minutes de bonus-tracks en CD (dont le Requiem Pour Un Con est un triomphe absolu pour Serge Gainsbourg, avec un lot ahurissant de classiques, dont. Autant de pures petites merveilles sur ce disque, le cinquième de Gainsbourg, et clairement un grand album de chanson de l'époque. Eddy Mitchell : Eddy In London - Chante 12 Rock'n'Roll Classics (1963) : La légende dit qu'en entendant ce disque, Johnny Hallyday voudra faire la même chose (qu'il fera en 1964, voir un peu en-dessous). 10 chansons (version 33-tours) imparables, tour à tour tristes ou hilarantes, ce disque offre à égale mesure des chansons des deux styles. Un nombre effarant, limite indécent de classiques absolus font de cet album un grand must. Ou Te Voici sont des intouchables mitchelliens de la première époque. Oui, ça a un peu vieilli, comme tout de la même période, mais ça conserve un charme absolument irrésistible! Serge Gainsbourg : Percussions (1964) : Pour moi, un des sommetsde Serge Gainsbourg, un disque très influencé par les ambiances latino et africaines, ce qui en fait un gros précurseur. Goode, Roll Over Beethoven, Carol, Let's Have A Party. Sous d'autres titres, évidemment et de l'avis des fans de Jauni, et des fans de rock'n'roll, ce Johnny Reviens! Est un classique absolu et un album essentiel. Michel Polnareff : Love Me Please Love Me (1966) : Le premier Polnareff, et un des meilleurs. Trop court (29 minutes il offre une ribambelle de classiques comme la chanson-titre (en fait, l'album n'a pas de titre officiel, mais tout le monde l'appelle ainsi Sous Quelle Etoile Suis-Je Né?